Language:  
514 528-5252

Donateur mensuel : espèce recherchée en voie d’apparition

Par / 12 juillet 2017 / / 0 Commentaires

Parce que c’est une façon à la fois économique et fiable d’assurer une rentrée régulière de fonds, tout organisme souhaite voir croître le nombre de sympathisants qui s’engagent à lui verser un don mensuellement (familièrement appelés donateurs mensuels).

Oui, mais.

Sachant que la capacité financière des individus est la principale raison évoquée pour ne pas donner, qui sont tous ces gens (on peut penser qu’ils sont actuellement plusieurs dizaines de milliers au Québec) qui choisissent de verser un montant chaque mois à un organisme de leur choix? Quelles sont les raisons qui les poussent à étaler leur générosité sur toute l’année?

Certains d’entre eux nous l’ont dit.

5 raisons pour lesquelles on devient donateur mensuel

  1. « Veni, vidi, vici »

Il donne chaque mois à l’Hôpital Maisonneuve-Rosemont :

Je n’aurais pas pu avoir un meilleur service ni profiter d’une meilleure technologie qu’ici. J’avais un myélome multiple, c’est fatal en général, mais grâce au Dr Guy Sauvageau, j’ai pu obtenir une greffe de moelle osseuse. À travers tout ça, j’ai constaté à quel point l’équipe de l’HMR est avancée. Le sang de cordon ombilical est aussi systématiquement conservé, pour pouvoir en tirer des cellules souches qui une fois « reprogrammées », servent à régénérer des organes malades. Que mes dons servent à toutes ces initiatives, et aussi clairement à sauver des vies, c’est formidable!

Elle donne mensuellement à la Fondation Cité de la Santé :

Aujourd’hui, j’aimerais dire MERCI aux intervenants des différents services du CSSS de Laval qui se sont occupés de mes parents avec humanité tout en leur permettant d’être ensemble pendant les dernières années de leur vie. En soutenant la Fondation Cité de la Santé, ce sont également nos êtres chers que nous soutenons.

  1. « A tip for good fortune »

Elle donne sur une base mensuelle à Opération Enfant Soleil :

J’ai la chance d’avoir deux merveilleux petits enfants, dont un né prématurément mais qui est maintenant en bonne santé. C’est en pensant à lui et à tous les enfants malades que j’ai pris cet engagement.

  1. « Donner à la fois peu et beaucoup »

Elle donne chaque mois à la Fondation québécoise du cancer :

Ayant moi-même déjà été atteinte, et ayant beaucoup de personnes atteintes d’un cancer dans ma famille, je donnais déjà à la Fondation québécoise du cancer. Puis, en 2014, je me suis décidée. Je leur ai dit : « Prenez ça directement dans mon compte tous les mois! » C’était bien plus simple ainsi, et ça me permettait de continuer de redonner sans sortir mon carnet de chèques.

Elle donne chaque mois à Opération Enfant Soleil :

Une petite contribution mensuelle n’affecte pas mon budget. J’ai même pu me permettre une légère augmentation l’automne dernier. Je suis convaincue que cet apport peut faire une différence et aider Opération Enfant Soleil à offrir des services de qualité à tous les enfants malades du Québec.

  1. « J’y vais avec la famille »

Elle donne mois après mois à Opération Enfant Soleil :

Donner un petit montant chaque mois me permet non seulement d’augmenter la valeur de ma contribution totale, mais me donne aussi un plus fort sentiment d’appartenance à cette cause qui me tient tant à cœur. Depuis que je suis Parent Soleil, je sais que je fais partie d’une grande famille qui veille sur les enfants malades.

  1. « Changer le monde, un geste à la fois »

Le porte-parole du programme de dons mensuels d’Amnistie :

En tant qu’artiste engagé dans la création, je considère que le principe de liberté est incontournable et essentiel. Il devrait en être ainsi partout sur la planète, mais ce n’est pas le cas. C’est pour ça que j’ai choisi de participer au programme de dons mensuels d’Amnistie internationale. Donner sur une base mensuelle et régulière, c’est une bonne façon d’assurer à Amnistie les fonds nécessaires pour poursuivre son travail de sensibilisation et d’intervention, tant ici qu’à l’international.

Selon un sondage de l’Institut Mallet sur la culture philanthropique au Québec, le parcours de vie a une influence déterminante sur l’implication sociale. S’engagent plus que la moyenne, les gens qui :

  • ont eu recours à de l’aide
  • ont vécu un événement marquant
  • apprécient leur vie

Ces témoignages le démontrent bien.

Mais si on a su lire entre les lignes, ils nous aurons aussi révélé une condition sine qua none de l’adhésion au don mensuel : les organismes ont gagné le cœur et la confiance de ces gens.

Cette confiance passe par la transparence et la communication : on doit pouvoir démontrer aisément comment sont utilisés les dons; pouvoir justifier ou défendre la demande d’appui; savoir dire « merci » et, parfois, « nous nous sommes trompés ».

Votre organisme a-t-il su développer un argumentaire suffisamment inspirant pour convertir ces bienfaiteurs en puissance qui dorment encore dans votre base de données? Ce billet de l’Américaine Gail Perry, spécialiste de la collecte de fonds en milieu philanthropique, vous donnera quelques pistes à explorer.

Puisqu’il semble que les gens donnent à peu d’organismes, autant fidéliser vos meilleurs!

Laisser un commentaire