Language:  
514 528-5252

Le Ice bucket challenge : un acte caritatif efficace, ou contre-productif?

Par / 21 août 2014 / / 0 Commentaires

Depuis quelques dernières semaines, une nouvelle tendance prospère sur les médias sociaux : le Ice bucket challenge. Ce défi consiste à se filmer en train de se renverser un seau d’eau glacée sur la tête, à diffuser la vidéo sur le Web, et à demander à ses amis de relever le même défi. Cette initiative est pour la bonne cause : l’enjeu est de soutenir une association nationale américaine, la ALS Association, qui lutte contre la maladie du syndrome latéral amyotrophique, autrement dit la maladie de Lou-Gerhig. Si vous refusez le défi, vous pouvez faire un don à l’association. Face à l’engouement généré autour du Ice bucket challenge, on peut s’interroger sur sa véritable efficacité et ses aspects négatifs.

Le Ice bucket challenge : une campagne financièrement lucrative

Il y a toujours plus d’organismes et chacun a besoin d’amasser de l’argent. Le Ice bucket challenge est-il la démonstration que nous devons développer des initiatives surprenantes pour amasser de l’argent? Les faits nous le démontrent : cette campagne a permis de générer près de 10 millions de dollars en seulement deux semaines, elle a impliqué plusieurs personnalités publiques et elle fait un véritable raz de marée dans les médias sociaux.

Une forte couverture médiatique sur le Web pour la maladie de Lou-Gerhig

Au-delà de l’aspect purement financier, ce défi du seau d’eau a permis de faire connaitre la maladie de Lou-Gerhig, qui concerne 30 000 personnes aux États-Unis. Il y a une véritable prise de conscience collective à travers cette campagne virale. Nous avons rapidement été envahis de billets de blogues, commentaires et vidéos autour du défi et de son objectif.

Un défi paradoxal : le seau ou le don?

Les gens sont-ils véritablement sensibilisés ou informés quant à la maladie et à l’impact de celle-ci sur la qualité de vie des personnes atteintes et leurs familles ? Pas si sûr. La viralité de l’acte ne met pas en avant la maladie en elle-même, mais plutôt le défi, à savoir se verser un seau d’eau glacée sur la tête.

Par ailleurs, le chalenge consiste à défier ses amis ou à donner de l’argent à l’association. En clair, l’idée est soit de se mouiller, soit de faire un don. Face à l’engouement autour du défi, les internautes penchent davantage pour le choix du seau d’eau. Fort heureusement, les recettes récoltées démontrent que l’étape du seau s’accompagne souvent d’un don.

Est-ce que les gens sont vraiment plus engagés socialement et vont-ils continuer à donner pour cette cause ou s’agit-il d’un don unique? Là aussi, la couverture médiatique tend à démontrer qu’il s’agit plutôt de dons uniques générés par le buzz avec une nouvelle forme de philanthropie axée plutôt sur le donneur que sur le don et les personnes qui en ont besoin. Peu de vidéos présentes sur les médias sociaux expliquent la raison de ce défi.

Une évolution de la philanthropie

Comment les organismes qui ne réussissent pas de pareils mouvements peuvent-ils faire pour compétitionner et faire autant d’argent? Est-ce qu’en bout de ligne, le plus important est d’amasser plus d’argent, peu importe la façon dont on le fait? Le Ice bucket challenge est un acte incontestablement imparfait, mais il a permis de récolter des dons et de mettre en avant la maladie de Lou-Gerhig.

Il faut se rendre à l’évidence que la philanthropie évolue et se transforme. Est-ce meilleur ou pire, l’avenir nous le dira mais une chose est certaine, nous devons nous adapter à ces nouvelles réalités et essayer d’être toujours plus créatif dans nos façons d’amasser de l’argent!

Il vous reste à décider si oui ou non vous vous lancerez un seau d’eau sur votre tête pour la cause!

Laisser un commentaire