L’échec est supposément le meilleur mécanisme de croissance pour l’être humain, tant sur le plan professionnel que personnel. Cependant, certaines erreurs peuvent faire dérailler d’un seul coup une campagne et vous faire perdre plusieurs semaines de travail acharné.  Voici donc une liste toute simple d’erreurs que j’ai remarquées ces dernières années, afin de vous aider à les éviter. 

Croire que si vous le construisez, ils viendront

Peu importe l’objectif de votre campagne, son succès dépendra inévitablement du trafic qu’elle réussira à générer. Une des erreurs les plus fréquentes est de mettre en place un microsite ou une page d’atterrissage pour développer votre concept de campagne, et ensuite, de croire qu’un simple courriel à vos sympathisants suffira à faire décoller la machine.  

S’il est vrai que les communautés de sympathisants à une cause sont beaucoup plus engagées que celles de n’importe quel autre secteur, c’est extrêmement difficile de mobiliser une communauté numérique sans un bon plan de match et beaucoup de ressources pour les relances courriel, la gestion de communauté et les suivis. Dans bien des cas, une stratégie d’achat média pourra se révéler une stratégie beaucoup plus simple et beaucoup plus performante.

Penser qu’une même page d’atterrissage suffira pour convertir tout le monde

L’erreur la plus fréquente que j’ai observée est une campagne conçue ainsi :

Plusieurs cibles -> quelques messages -> une seule page d’atterrissage -> plusieurs appels à l’action

Nous avons de plus en plus d’outils pour connaître nos audiences, les segmenter, collecter de l’information et mesurer l’impact de nos actions. Il est donc essentiel de maximiser l’impact de ces outils. Une bonne campagne aura donc un objectif principal clair :

  • Acquérir X adresses courriels de nouveaux sympathisants
  • Acquérir X nouveaux donateurs
  • Convertir X donateurs actuels en donateurs mensuels
  • Etc.

Il faudra ensuite déterminer, pour chaque segment ciblé par la campagne, le bon message et la bonne tactique de conversion pour nous permettre d’atteindre notre objectif. Vous n’avez pas la certitude d’avoir la bonne approche pour votre segment ou le bon véhicule de conversion? Pas de souci, les tests sont là pour ça. N’hésitez pas à faire des tests A/B et de grâce, assurez-vous d’avoir des mesures de performance précises!

Mettre tous ses œufs dans le même panier

Si vous n’avez jamais fait de campagne numérique ou si celles qui ont été faites ont donné très peu de résultats probants, mon dernier conseil est assez simple. Il se peut que la première étape soit de privilégier une approche centrée sur la collecte d’informations. Les organismes ayant des moyens plus limités que certains autres secteurs croient à tort qu’il n’existe qu’une seule approche : on ne fait rien et quand on y va, on vise le coup de circuit.

Avant d’y aller pour le coup de circuit, assurez-vous d’avoir testé votre message, vos cibles et vos outils via de plus petites campagnes afin de collecter du data et de vous faire des benchmarks concluants sur votre secteur. Mieux encore : partagez vos résultats avec vos partenaires et voyez s’il est possible de faire une mise en commun de l’information afin de mieux connaître votre marché.

 

Vous ne savez toujours pas par quel bout commencer?

Chez Atypic, on est pas mal certains qu’avec notre équipe d’experts passionnés regroupés sous un même toit on est la seule agence qui peut répondre à tous les besoins de votre cause.

Mettez-nous au défi!

 

Photo : Estée Janssens via Unsplash

Vous avez aimé notre article? Partagez-le!